Timide, Sarah Morant

Sarah Morant - Timide.Discrète, discrète, discrète… Parce que c’est tellement plus facile de fuir le jugement des gens plutôt que de l’affronter en face. Réservée, réservée, réservée… Parce qu’elle se sent tellement mieux en faisant comme si rien ne c’était passé. Aimée, aimée, aimée… Parce qu’il va entrer dans sa vie, et tout bouleverser tel un jeu de quilles… Une fille timide peut cacher tellement plus. Il faut juste qu’une personne prenne la peine de le découvrir.

J’avais à peine commencé ma lecture que déjà un élément me refroidissait : le style du roman. Il est composé d’une succession de phrases très courtes et jamais subordonnées entre elles, et pour avoir tenu bon jusqu’à la fin je peux confirmer que la quasi totalité du livre décrit des échanges de regards et de câlins. Suis-je la seule à trouver étrange qu’à 17 ans Elie passe son temps à serrer dans ses bras ses amis ? Des amis qui lui courent après, qui plus est. Il y a prolifération de contacts physiques et je passerai peut-être pour une obsédée sexuelle en disant ça mais je suis étonnée que ça n’ait pas dégénéré avec les hormones, tout ça tout ça. En fait, son espèce de double-jeu qui se voulait innocent m’a mise mal à l’aise et m’a semblé incohérent.

Tout aussi incohérent que le contraste entre le postulat de départ du livre (Elie est timide, on la rejette à l’école, elle n’a pas confiance en elle, etc.) et l’attitude des garçons à son égard (ils lui courent après). Honnêtement, quand on est la pestiférée de l’école, non, on a pas un sex-appeal très développé. C’est de nouveau le scénario de l’éternel fantasme de la fille timide qui intéresse soudainement un ou deux beaux garçons, et je n’ai rien contre ce type de récit et je comprends qu’on puisse avoir envie de lire ça.

Là où le bât blesse, c’est que l’attirance de ces deux garçons pour Elie est LA chose qui lui fait sortir la tête de l’eau et reprendre confiance en elle ! Et ça, j’en ai vraiment marre. J’aime les héroïnes ayant des failles, j’aime les belles histoires d’amour littéraires… Mais le scénario du prince sauvant sa princesse, j’en peux vraiment plus. Dans le cas de Timide, il n’y a pas que Jason et Tyler, mais toute une constellation de personnages masculins gravitant autour d’Elie (son père et son frère particulièrement) qui devient ainsi une espèce de figure maternelle pour tout le monde ! Et la féministe en moi gronde.

C’est à force de lire ce type de scénarios à répétition que j’ai tendance à montrer les dents dès que je détecte du sexisme dans les livres. Je pense que c’est particulièrement important dans les livres pour enfants et adolescents de préserver les jeunes de tels clichés. Cependant, je peux aussi comprendre qu’on lise ce livre pour se détendre et je vais donc maintenant me concentrer sur d’autres aspects du roman.

Niveau scénario, on assiste à un triangle amoureux classique, dont on se doute rapidement de l’issue. Les points de vue d’Elie, Jason et Tyler alternent, ce qui est une bonne idée à la base mais part vite en cacahuète étant donné que celui d’Elie est à la première personne du singulier et les autres à la troisième. Il y a également des changements de points de vue au sein-même des chapitres qui portent le nom du personnage dont on suit les actions et pensées (parfois involontaires je pense, notamment quand le narrateur devient subitement omniscient en plein milieu d’un paragraphe), j’ai fini par m’y perdre. Le seul personnage à m’avoir touchée est Kyle, le petit frère d’Elie. Mis à part lui, je n’ai pas réussi à m’attacher à un personnage en particulier. J’ai également trouvé incongru que le livre se déroule dans un environnement anglophone, plus particulièrement aux USA, et plusieurs détails m’ont fait tiquer à ce sujet au cours de ma lecture.

Vous l’aurez compris, Timide n’est pas une réussite pour moi. Quand je me relis, on dirait que je trouve que vraiment tout est à jeter mais ce n’est pas le cas, c’est tout simplement que je m’attendais à une héroïne attachante avec qui j’aurais partagé la timidité et un véritable cheminement psychologique. Finalement, je me suis retrouvée face à un triangle amoureux, un élément que je ne peux plus voir en peinture. Je vous invite cependant à lire des extraits du livre sur Lecture Academy pour vous faire votre propre idée si le livre vous attirait à la base, et j’espère aussi pour la toute jeune Sarah Morant qu’elle pourra poursuivre son rêve d’écrivain et faire une belle carrière. :-)

Mon ressenti : 4/10

Timide, Sarah Morant, éditions Hachette (16,90€)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s