Victor Lessard, tome 3 : Je me souviens, Martin Michaud

https://i1.wp.com/www.babelio.com/couv/CVT_Je-me-souviens_4626.jpegA Montréal, juste avant Noël, un homme et une femme meurent le cou transpercé par ce qui semble être un instrument de torture sorti tout droit du Moyen Age. Auparavant, ils ont entendu la voix de Lee Harvey Oswald, l’assassin présumé du président Kennedy. Un sans-abri se jette du haut d’un édifice de la place d’Armes. Ayant séjourné à plusieurs reprises en psychiatrie, il prétendait avoir participé, avec le FLQ, à l’assassinat de Pierre Laporte.
Sur le toit, avant de sauter, il laisse deux portefeuilles, ceux des victimes. La série de meurtres se poursuit, les cadavres s’empilent… De retour à la section des crimes majeurs, le sergent-détective Victor Lessard mène l’enquête avec, pour le meilleur et pour le pire, la truculente Jacinthe Taillon. Je me souviens parle d’identité à bâtir, de mémoire à reconstituer et de soif d’honneur.

Les mêmes ingrédients sont réunis pour ce nouveau tome des enquêtes de Victor Lessard. Une galerie de personnages impressionnantes, des chapitres concis, de multiples points de vue, de l’humour, de la noirceur…

Mais là où ce tome se distingue, c’est dans son rapport à la réalité. Chacun des livres de la série y est ancré, avec plus ou moins de liberté, mais celui-ci joue avec un événement connu de tous : l’assassinat de JFK. Il ne s’agit pas d’une défense d’une théorie du complot, mais un fait historique est ici au service d’une enquête, la rendant encore plus haletante. Les nombreux éléments de psychologie apportent une autre dimension et encore plus de crédibilité.

Côté personnage, je suis maintenant certaine que mon préféré est Jacynthe, la coéquipière de Victor. Il est agréable d’en savoir davantage sur elle en même temps que de la voir plus, et j’espère que cela se confirmera par la suite.

Il y a également beaucoup de rebondissements du côté du fils de Victor et si ce pan de l’histoire résonne d’une manière plus fort au vu de l’actualité récente, j’ai trouvé cette idée, mise en lien avec la psychologie des personnages, très pertinente et intéressante.

En bref, cet imposant tome (de plus de 600 pages) est un très bon cru qui confirme le talent de son auteur.

Mon ressenti : 8/10

Victor Lessard, tome 3 : Je me souviens, Martin Michaud, éditions Kennes (23,49€)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s