#scandale, Sarah Ockler

#scandaleLADY BLABLA
2 002 J’AIME
92 PERSONNES EN PARLENT

Vendredi 25 avril

Mes chers petits poissons, voici venu le week-end du bal de promo. Vous savez ce que ça signifie : sexe ! scandale ! Et paillettes !

Alors n’oubliez pas de partager vos meilleurs clichés du week-end sur ma page Lady Blabla, # scandale, afin de participer au grand concours «Scandale du mois».
Je compte sur vous pour qu’il soit mémorable !
Les vainqueurs se verront décerner une médaille d’or, assortie, bien sûr, d’un sentiment d’humiliation éternelle. Et ça n’a pas de prix !

Allez, amusez-vous bien, mes petits poissons.
Soyez sages. Et n’oubliez pas de sourire au paparazzi !

Bisous,

LADY BLABLA

#scandale était plutôt prometteur. Rien qu’au titre, on se doute du rôle que les réseaux sociaux ont à jouer dans ce que le livre a de scandaleux. Il s’agit d’un thème de plus en plus actuel et que j’apprécie de voir traiter dans les romans. Cependant, la sauce n’a pas tout à fait pris…

Tout d’abord, j’ai eu un réel problème avec Lucy. Je n’ai pas réussi à la cerner, encore moins à m’identifier à elle malgré la narration à la première personne du singulier. Soyons francs, j’ai eu envie de la frapper tout au long du livre. Je n’ai pas compris pourquoi certaines personnes tenaient tant que ça à l’aider. Je ne dis pas que le scandale des photos postées de son compte Facebook et l’acharnement qu’elle subit est mérité, mais elle s’entête à faire les mauvais choix et à s’apitoyer… et j’ai horreur de ça.

L’histoire dans son ensemble m’a semblé manqué de cohérence, beaucoup de personnages agissent, à l’instar de Lucy, avec impulsivité et aucun n’a vraiment réussi à retenir mon attention, à part peut-être Jayla Love. J’ai trouvé que ce personnage était assez maltraité, d’autant plus que la plupart des célébrités d’aujourd’hui accumulant des frasques parfois bien pires que les siennes ne sont pas autant tournées en ridicule. Jayla semble en fait n’avoir aucune véritable communauté de fans derrière elle, et sa sœur cache leur lien de parenté car elle semble en avoir honte. Cela m’a vraiment dérangée, car même si on constate une évolution, je n’ai pas réussi à comprendre la situation de départ.

L’auteur s’éparpille en ajoutant de nouveaux personnages à chaque chapitre sans jamais s’attarder sur l’un ou l’autre. Cela ajoute peut-être au mystère de savoir qui se cache derrière Lady Blabla, qui est un des points forts du livre. Malgré tout, Lady Blabla est une pâle copie de Gossip Girl. La vraie question est de savoir qui a usurpé le compte de Lucy, et cela crée un suspense à la façon de The Lying Game sans réussir à l’égaler.

Ce livre pose une vraie réflexion sur les dérives des réseaux sociaux, mais reste malgré tout trop superficiel. C’est vraiment dommage. Je préfère Sarah Ockler dans un registre plus émotionnel, comme avec Fixing Delilah que j’avais lu en VO. Je termine sur une phrase qui m’a fait sourire, preuve que tout n’est pas à jeter dans ce livre qui fait parfois preuve d’autodérision et de cynisme :

« Nos camarades s’agitent sur leurs sièges mais s’abstiennent de nous insulter. L’atmosphère solennelle de cette journée les incite peut-être à se montrer respectueux. A moins que Cole ait raison et qu’ils soient déjà passés à autre chose – notre quart d’heure de gloire est terminé et la vie reprend son cours.

Enfin, à mon avis, c’est surtout qu’ils trop occupés à faire des selfies dans leurs costumes de cérémonie. »

Mon ressenti : 6/10

#scandale, Sarah Ockler, éditions Nathan (16,90€)

Publicités

4 réflexions au sujet de « #scandale, Sarah Ockler »

  1. Il me semblait, bien, en lisant le résumé, que cela ressemblait à Gossip Girl. :-) Et comme tu nous le confirmes un peu plus bas, je crois que je vais passer mon tour pour celui-là (je n’avais pas trop apprécié les deux volumes de GG que j’ai lus).

    J'aime

    1. J’aime encore bien GG parce qu’il n’y a rien fait qui est fait pour qu’on s’attache aux détestables personnages, ce n’est pas ce qui est visé. Tandis que dans #scandale, on dirait que l’auteur essaye de nous mettre en empathie par rapport à la narratrice, mais c’est raté ! Tu ne manques rien en passant ton tour. :-)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s