Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens, Becky Albertalli

Moi, Simon, 16 ans, homo sapiensMoi, c’est Simon. Simon Spier. Je vis dans une petite ville en banlieue d’Atlanta (traduisez : un trou paumé). J’ai deux sœurs, un chien, Bieber (oui, oui comme Justin) et les trois meilleurs amis du monde. Je suis fan d’Harry Potter, j’ai une passion profonde pour les Oréos, je fais du théâtre. Et je suis raide dingue de Blue.

Blue, c’est un garçon que j’ai rencontré sur le Tumblr du lycée. On se dit tout, sauf notre nom. Je le croise peut-être tous les jours dans le couloir, mais je ne sais pas qui c’est. En fait, ça me plaît bien : je ne suis pas du tout pressé d’annoncer à tout le monde que je suis gay.

Personne n’est au courant, à part Blue… et maintenant cette fouine de Martin Addison, qui a lu mes e-mails et menace de tout révéler…

Il y a quelque chose de logique dans les livres qui m’est vraiment apparu nettement avec celui-ci. L’auteur inscrit forcément son histoire dans un univers entier. Des choses se sont passées avant le roman qu’on tient entre ses mains et, avec un peu d’espoir, d’autres se passeront après.

Avec Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens, j’ai vraiment eu la sensation d’être parachutée dans un environnement réel en perpétuel changement. J’ai débarqué en plein milieu de l’histoire mais je n’étais pas déboussolée pour autant, au contraire, j’avais l’impression que tous ces personnages étaient très tangibles et ils prenaient vie dans ma tête.

Aucun personnage ne m’a paru cliché, mais les descriptions me rappelaient parfois certaines personnes bien réelles. Ce n’était donc pas de l’ordre du « on connaît tous quelqu’un qui… » mais plutôt de « vous pourriez tout à fait connaître quelqu’un qui est comme ça ». Et le style de l’auteur rend très bien cela.

C’est pourquoi j’ai dévoré ce roman en très peu de temps. Mais la qualité de la narration et des personnages ne serait pas suffisante. A côté de ça, il faut une bonne idée et une bonne trame.

Simon découvre un message de Blue sur le Tumblr de l’école.

« C’est là que j’ai trouvé le post de Blue. Son message m’ a interpellé. Je ne suis même pas sûr que ça soit à cause de l’angle homo. Je n’en sais rien. Il ne faisait que 5 lignes, mais celles ci étaient grammaticalement correctes et étrangement poétiques, et elles n’avaient rien a voir avec tout ce que j’avais pu lire auparavant. »

Il laisse un commentaire, avec son adresse email. Blue (un pseudonyme) le contacte et s’ensuit une relation épistolaire anonyme.

Mais un jour, Simon oublie de se déconnecter d’un ordinateur de l’école… Et Martin tombe sur sa boîte mail. En échange d’un rencard avec une amie de Simon, il menace de tout révéler. Simon est alors au pied du mur, lui qui n’avait pas encore annoncé son homosexualité à ses parents.

Blue et Simon en parlent mieux que moi :

« Je suis tout a fait d’accord pour dire que c’est agaçant que l’hétérosexualité (et la blancheur de peau, tant qu’on y est) est la norme, ou que les seules personnes obligées de s’interroger sur leur identité soient celles qui n’entrent pas dans ce moule. Les hétéros devraient absolument Faire Leur Coming Out eux aussi, et le plus gênant sera le mieux ! La gène devrait être une condition sine qua non. Notre version du Complot Homosexuel.

[…] Le Complot Homosexuel ? Je ne sais pas. Je parlerais plutôt du Complot Homo Sapiens. Car c’est bien le propos, non ? »

D’où le titre de ce très beau roman qui aborde avant tout une histoire d’amour, avec ce qu’elle implique de questionnements, de difficultés, de discriminations et de soutien. Avec en plus, le petit frisson de savoir qui est Blue. J’ai adoré.

Mon ressenti : 9/10

Le livre sur Lecture Academy

Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens, Becky Albertalli, éditions Hachette romans (16,90€)

Publicités

4 réflexions au sujet de « Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens, Becky Albertalli »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s