Oniria, tome 2 : Le Disparu d’Oza-Gora, B.F. Parry

Oniria - Tome 2 - Le Disparu d'Oza-Gora, co-édition Hachette/HildegardePour sauver son père, Eliott doit retrouver son double dans le monde fantastique d’Oniria. Eliott est parvenu à rencontrer le Marchand de Sable, dans son Palais de verre enchanteur et futuriste. Mais cette rencontre ne tient pas toutes ses promesses : le Marchand de Sable, aussi bienveillant et ingénieux soit-il, se révèle impuissant à aider Eliott. Il lance néanmoins le jeune Créateur et ses amis sur la piste d’un certain Jabus qui a choisi de mettre ses talents au service du mal. Jabus a disparu quelques mois auparavant, emportant avec lui de quoi faire des expériences terrifiantes… Il semble bien que le père d’Eliott soit celui sur lequel il s’acharne ! Mais où les trouver Jabus dans l’immensité d’Oniria ? Comme si cela ne suffisait pas, Eliott a une autre préoccupation en tête… Libérer Aanor, prisonnière de La Bête, qui veut l’épouser ! Toute l’équipe des rebelles le supplie de ne rien tenter : Eliott doit rester caché, c’est une question de vie ou de mort. Mais Eliott est trop têtu pour renoncer, et ne peut abandonner Aanor à son triste sort…

J’avais gardé un très bon souvenir du premier tome et avais hâte de retrouver Eliott là où je l’avais laissé. Je craignais d’avoir oublié les lignes principales de l’intrigue et de ne pas tout comprendre, comme ça m’arrive souvent si je ne lis pas les tomes d’une série à la suite… Mais en quelques lignes, grâce à ses talents de conteuse, B.F. Parry nous fait pousser la porte de son univers à nouveau. C’est tellement clair que je pense que même quelqu’un qui n’a pas lu le premier tome pourrait apprécier sa lecture du deuxième (néanmoins, ce serait du gâchis, et il est clair que ce lecteur aurait manqué des éléments importants pour la progression de l’histoire) !

Ce que je préfère dans ces romans, c’est qu’ils peuvent peut être lu par un public très jeune et, en même temps, être reconnu par les plus âgés. En effet, la langue est fluide, mais soignée. De plus, il propose une intrigue politique sur la question des Cauchemars qui invite à la réflexion sans jamais être moralisatrice ou barbante. C’est agréable d’avoir entre les mains un livre pour les jeunes qui les détend mais n’essaye pas de les abrutir. Ce mélange est difficile à expliquer, mais disons que je suis du genre à décrocher des intrigues trop complexes lourdes de descriptions (ce qui explique que, depuis Harry Potter, je n’arrive pas à trouver de livre de fantasy m’accrochant… jusqu’à Oniria. Beyonders y était presque arrivé, mais j’ai détesté le deuxième tome et n’ai jamais réussi à finir le troisième), et à lever les yeux au ciel quand les ficelles sont trop grosses. Rien de tout ça ne m’arrive quand je suis plongée dans Oniria.

Je n’ai pas envie de vous révéler trop de choses sur l’intrigue, vous pouvez lire ma chronique du tome 1 pour en savoir plus sans être spoilé. Mais Le Disparu d’Oza-Gora, tout en étant dans la lignée du premier tome et reprenant les ingrédients de son succès, offre quelque chose à se mettre sous la dent à ses lecteurs puisque l’intrigue progresse de manière spectaculaire et que de nouveaux personnages font leur apparition.

Encore une fois, les descriptions de ce monde oniriques et le destin de ses personnages jeunes mais matures m’ont transportée. Je recommande absolument.

Mon ressenti : 9/10

Oniria, tome 2 : Le Disparu d’Oza-Gora, B.F. Parry, co-édition Hachette/Hildegarde (16,50€)

Le livre sur Lecture-Academy

Book trailer :

Publicités

2 réflexions au sujet de « Oniria, tome 2 : Le Disparu d’Oza-Gora, B.F. Parry »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s